backAfin d’amener ses membres à s’institutionnaliser, la PSSP a prévu le renforcement managérial des acteurs du secteur privé de la santé, la mise en place d’une équipe de veille informationnelle, l’opérationnalisation du fonctionnement des commissions techniques à travers un team building, organisation de formations des prestations de soins sur la prévention des infections et l'éthique clinique, l’amélioration de la disponibilité des outils de gestion et de rapportage, la promptitude et la complétude des données logistiques puis l’utilisation du DHIS2 et sa contribution à l’amélioration du suivi de stock.

 

Principaux résultats de la mise en œuvre de l’axe

Avec l’appui de ses projets partenaires et sur initiative propre, la PSSP a mis à la disposition des acteurs du secteur privé de la santé, et parfois ceux du secteur public, une vingtaine d’occasion de renforcement de capacités. Les opportunités de formation comprennent le coaching des acteurs du privé, le renforcement des compétences cliniques, managériales etc. Ces différentes sessions de formations ont connu la participation des professionnels de différents corps de métiers (517 professionnels de la santé toutes catégories confondues) du secteur privé de la santé ont connu quelques fois la participation de ceux du public. Par ailleurs, dans la perspective d’un coaching sur site, la PSSP a développé ensemble avec un de ses membre, notamment l’Association des Logisticiens Béninois (AsLoB) un Programme de volontariat des Jeunes Logisticiens Professionnels (PVJL). Démarré effectivement depuis Décembre 2018, ce programme apporte une assistance technique aux établissements de soins dans la gestion des intrants, la quantification des besoins et l’appui au rapportage des données en assurant la complétude et de la promptitude.

La nécessité de disposer d’un label qualité pour le secteur privé de la santé a été dès le début de la création de la PSSP, une préoccupation majeure des principaux acteurs. Ainsi, avec l’assistance du projet ANCRE/USAID, la PSSP a développé, vers la fin de l’année 2016, deux programmes d’assurance qualité : la première à l’intention des établissements privés de soins et la seconde au profit des officines privées de pharmacies. Ces deux programmes très appréciés par les acteurs ont été suspendus à la clôture du projet ANCRE depuis Avril 2018.

Graphique n° 02: Résultat comparatif des auto-évaluations au sein des établissemnts privés engagés dans le processus d’assurance qualité des soins

Légende

 

CPA : Clinique pédiatrique d’Akpakpa

CPN : Clinique de Pédiatrie et de Néonatologie

CCC : Clinique Centrale de Calavi

AE1 : Auto-évaluation1

AE2 : Auto-évaluation2

 

De façon générale, il est à constater qu’il y eu une amélioration du score. Ces deux programmes très appréciés par les acteurs ont été suspendus à la clôture du projet ANCRE. La PSSP, au regard des moyens assez limités, n’a pu s’approprier la suite de ces programmes.

 

Mais la PSSP, au regard des moyens assez limités, a pour défit majeur de s’approprier des acquis de ces programmes.

 

Par ailleurs, partie du constat que la gestion des déchets biomédicaux au Bénin était faite de façon très approximative et sans respect des normes environnementales et de la sécurité sanitaire, la PSSP s’était résolue d’œuvrer à marquer la rupture d’avec les pratiques d’incinération en vogue au Bénin. Ainsi, conformément aux dispositions législatives et réglementaires, la PSSP a initié la création et l’exploitation d’une unité dénommée Projet des Gestion Innovante des Déchets d’Activités de Soins à Risque Infectieux (Projet GI DASRI) au Bénin. Cette entreprise collaborative qui a resserré les rangs des membres de la PSSP autour de l’objectif de contribuer à une meilleure gestion des déchets biomédicaux au Bénin, a permis la création, en Juin 2019, d’une société à capitaux appelée PSSP IMPACT + SA dont les actionnaires ne sont que des membres constitués en Groupements d’Intérêt Economique (GIE). Cette réalisation force l’admiration aussi bien des acteurs du secteur public que de ceux du privé et des PTF. Le Centre GI DASRI mis en place à cet effet a été inauguré par le Ministre de la santé et le Ministère de cadre de vie et de développement durable le 28 février 2020.